Masque à gaz

Ce week-end, j’ai participé aux 25 heures de la BD. Le concept : entre 13h samedi et 13h dimanche, en raison du changement d’heure, il y a 25 heures. Du coup on nous donne un thème et il faut réaliser une bande dessinée pendant cette durée.

C’était la toute première édition, et c’était super. Le thème : les masques. L’élément imposé : une ellipse de 100 ans.

Découvrez « masque à gaz« , la BD que j’ai réalisée en 25 heures (enfin, sauf que j’ai commencé 4 heures en retard à cause des cours, que je suis allé à une crémaillère, que j’ai dormi). J’espère qu’elle vous plaira

masque

Et pour les nostalgiques, j’avais fait les 23 heures de la BD en mars, avec la BD « Souvenirs »

souvenirs

Publicités

Ceci n’est pas un turbomedia

J’ai participé cette année aux 23 heures de la BD, et quitte à me lancer, je l’ai fait à fond : en TURBOMEDIA.

Oula, ça fait tout plein d’infos d’un coup non ?

Les 23h de la BD, c’est quoi ?

C’est simple : tous les ans, on passe à l’heure d’été, donc entre le samedi 13h et le dimanche 13h, il ne s’écoule que 23h… Et un concept génial propose de mettre ces 23 heures à contribution pour réaliser une bande-dessinée. Ca fait des années que je me dis « cette fois c’est la bonne », eh bien voilà, cette fois c’est fait.

23h ultra intense, avec une mini sieste pour moi, avec un stress au max, le coeur qui bat, et en arrêtant pas de manger des crêpes, accompagné de deux copains de dessins, et de bons copains venus partager un moment sympa avec nous. Le thème était « les naufragés »

Et donc il y a le défi classique et le défi Turbomedia… J’ai mis un lien vers les 5 ans du turbomedia pour essayer de vous expliquer… Mais en gros l’idée c’est assez simple : il s’agit d’une BD dans laquelle on navigue au clic (ou à la flèche du clavier). Sur le principe c’est simple, mais ça ouvre plein de possibilités : le persistance rétinienne permet un jeu sur les cadres, sur les déplacements des personnages, et on peut même y mettre de l’animation !

 

Voilà assez parlé, je vous invite à cliquer ici ou sur l’image pour découvrir mon travail pendant ces 23 heures. Sachez qu’étant masochiste, je suis en ce moment en train de reprendre tous les dessins pour vous offrir une V2 plus aboutie, qui vous plaira j’espère.

souvenirs

Alors, ça vous a plu ? Lachez vos com  😉

 

Et comme j’avais deux copains de dessins, et qu’on a tous les trois réussi à boucler notre BD en 23 heures, je vous invite à aller voir leur contribution (ils ont participé en mode classique, pas en turbomedia)

Les brouillons

Griz

 

Abrogation

J’avais besoin d’exorciser quelque chose qui me terrifie : l’abrogation du mariage pour tous et de l’adoption pour tous. Alors j’ai beau me dire qu’on a gagné la bataille de l’opinion, qu’on a gagné une bataille pour l’égalité, qu’on a gagné une bataille pour la justice, une part de moi a peur. Et si effectivement la droite revenait sur le mariage pour tous, et en particulier sur l’adoption pour les couples homos. J’ai voulu faire la liste des promesses à droite d’abrogation et de réécriture de la loi Taubira, et rien que le faire m’a glacé le sang.

Alors voilà, j’aimerais dire que ça ne m’atteint pas mais c’est faux. Une part de moi est terrifiée, et une part de moi se demande « si je n’ai pas adopté d’enfant d’ici 2017 avec mon conjoint, est-ce qu’on pourra un jour être reconnus aux yeux de la loi tous les deux parents de nos enfants ? » Parce qu’une chose est claire : parents, nous le serons. Alors pourquoi vouloir nous faire vivre dans l’insécurité de ne pas avoir une reconnaissance de notre famille ? Pourquoi vouloir nous faire vivre dans l’insécurité de se dire c’est maintenant ou jamais ? Devra-t-on assister à des milliers de mariages en 2017, avant qu’il ne soit trop tard ? Doit-on vivre jusqu’à 2017 avec l’impression d’être coincé dans un sablier, d’être sur le point d’être submergé, noyé sous le sable ?

abrogation ?

Je lis des déclarations d’Aurore Bergé et de « progressistes » à droite qui soutiennent un candidat à la présidence de l’UMP qui promet l’abrogation du mariage pour tous en nous jurant qu’ils continuent à soutenir la loi Taubira et qu’on ne peut pas leur reprocher de ne pas être avec nous. C’est trop facile : vous avez choisi le camp de ceux qui nous font vivre dans la peur, vous avez choisi le camp de ceux qui menacent nos familles, vous êtes complices car vous fermez les yeux. Le calcul est simple : s’ils ne perdent pas votre soutien en s’opposant à nos familles mais qu’ils en gagnent d’autres, pourquoi ne le feraient-ils pas ? Nous sommes sacrifiés pour quelques voix, pour un populisme dégueulasse, et que vous l’assumiez ou pas, vous en êtes les complices.

Ne lâche pas ma main

On me signale en commentaire que mon dessin et son sujet ressemble beaucoup à un des dessins du Projet 17 mai. C’est un dessin que j’avais vu et que j’avais adoré (je l’ai d’ailleurs commenté à l’époque), et j’ai dû inconsciemment le reproduire en travaillant sur ce sujet.

Je vous invite donc à aller le voir en cliquant sur ce lien : JEU DE MAINS 

En plus comme souvent l’original est bien meilleur que la copie, ce dessin est superbement réalisé. Bonne lecture à vous.

 

Et si vous souhaitez tout de même voir mon dessin, vous pouvez le faire en cliquant sur l’image, ou bien ici

main dans la main

Le 9 novembre aujourd’hui je m’en fous

________________________________________________________

Il y a 2 ans, à la même heure exactement (je suis ultra organisé, j’ai programmé la publication à l’heure précise), je postais mon premier dessin sur ce blog.

J’ai fêté il y a peu la 100e publication de mon blogEncore une occasion de faire le point.

 .

 

Non, ne me remerciez pas pour cette blague de haut vol. Non. Vraiment. Ca me fait plaisir. Bref pour rendre hommage à ces deux années à être ou ne pas être, je vous rappelle que ceci n’est pas une pipe, ni une bougie d’anniversaire, ni un tigre blanc là sans raison, ni un chanteur moustachu dessiné bizarrement.

 

PS : pour mon anniversaire, lâche grave tes comms !
PS 2 : si tu connais la chanson qui me sers de référence au titre de cette note, tu es probablement quelqu’un de bien